Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘slam’ Category

apu-3-y4quazkl5tiqrd3azp6loirkMon domaine c’est la Terre      Je voyage depuis des millénaires      partout dans la troposphère      Des milliards de personnes m’inspirent m’expirent      des millions de fois      à chaque respiration depuis des      générations

Je suis atome voyageur      poussière minérale végétale      animale      me transforme      me métamorphose      demeure indissoluble      à travers les âges      les formes

J’étais là lors du big-bang      lors des premières activités volcaniques      Je fais partie des premières cellules      des premières vies minuscules      Je suis dans tous les organismes      dans tous les processus photosynthétiques      Les nuages le vent la pluie les ruisseaux      me transportent      me fécondent      Je les féconde      J’atteins les extrémités du monde

Je suis un sous-élément de tout ce qui vit      Je capte les polluants toxiques      les gaz chimiques que vous me crachez      BPC CFC DDT DID

Je suis en continuelle pérégrination      Je m’insère dans la chaîne alimentaire      dans votre système immunitaire      loge dans votre cerveau      Ne me polluez pas      Vous m’ingurgitez      Il n’y a aucune dérogation

Je suis votre lien avec      les générations présentes passées futures      Je suis votre premier et dernier souffle       la matière la plus chère      pourtant gratuite      absolument nécessaire      Je maintiens vivante votre planète

Ne vous racontez pas d’histoires mensongères      Ne vous cachez pas dans vos tanières      Votre vie dépend de ma qualité      Je suis votre      air

 

Bernard Anton (BEN)

Slam pour l’air de la Terre

Extrait de Slams de l’âme – nouveauté aux éditions l’Harmattan, 2008

Publicités

Read Full Post »

1yh1chv8Plus de pudeur      plus de candeur      Elle a perdu calme douceur      Elle hurle sa rage contre ceux      qui déchiquettent son cœur      puis remplissent sa vie      d’amertume de douleur

 

Elle vocifère sa furie      contre une société souvent égoïste      qui la méprise      la tenaille      Elle crie sa colère sa sueur      la faim de ses entrailles      n’accepte plus aucun traitement cruel      aucun délai volage

 

Plus de réserve      Plus de patience      Rien qui retient sa nouvelle      équitable arrogance      Sa parole éclate      démolit les réticences      fait sauter ceux qui      brident sa liberté      dénigrent sa dignité son existence     

 

Les barrières les citadelles      elle les piétine      les morcelle      Son indignation de tous côtés      fuse      Elle a droit à la vie au bonheur      à sa loyale subsistance que      dans leur barbe      quelques pseudo-monarques      lui refusent    

 

Elle exige le respect et sa jumelle la paix      Elle en a assez des offenses répétées      des enrichissements des grands      à ses dépens          La moindre oppression      la révolte     

 

Finie l’époque des holocaustes      Finies les exploitations       les résignations      Place à la révolution permanente      À bas la civilisation omnipotente     

 

Elle riposte à la moindre      déplacée parole          au moindre injuste verdict qui      la frustre            la provoque     

 

Elle n’hésite plus à proscrire      ceux qui la font souffrir      Elle sait qu’elle vaut plus qu’un soupir      Elle affirme haut et fort      avec rien dans les mains      rien dans la bouche et les poches      qu’elle n’est pas une sans-pouvoir      Demain aussi lui appartient

 

Elle entame sa juste guerre      refuse de plier l’âme ne veut plus vendre sa chair      sa soif de macadam      Elle renverse sans rien perdre de plus      ceux qui font obstacle      à ses légitimes revendications et victuailles

 

 

Bernard Anton (BEN)

Read Full Post »

31084Si jamais vous perdez un bras une jambe     

si jamais vous vous brûlez un doigt     

un membre     

vous réagirez ?

 

Si jamais un être que vous aimez     

est en danger     

dans une quelconque nécessité      

vous réagirez ?

 

Si jamais votre chat votre chien s’égarent     

si jamais vous ne trouvez pas votre bague votre montre vos clés     

vous réagirez ?

 

Si jamais un de vos reins ne fonctionne pas     

si jamais vous perdez une dent votre emploi     

vous réagirez ?

 

Si jamais l’environnement de votre maisonnée est pollué     

si jamais votre jardin brûle     

vous vous débattrez pour     

retrouver votre paix ?

 

Il ne reste que 15 % des forêts primaires     

65 % des espèces ont disparu     

à cause de nos activités     

chaque minute des milliers d’hectares     

s’envolent en fumée     

vous réagissez ?

 

Les calottes fondent     

le niveau de la mer monte     

les déserts avancent     

les tempêtes se font de plus en plus intenses     

vous réagissez ?

 

Les gaz à effet de serre étouffent la planète     

on continue à polluer par égoïsme indifférence cupidité     

vous réagissez ?

 

Arbres fleurs bêtes sauvages au domestiquées      

vous supplient d’une voix audible      

«Sauvez-nous ! »     

vous réagissez ?

 

La beauté du monde s’étiole de plus en plus en plus paysages ciels plages immondes     

c’est palpable visible en une seconde     

vous réagissez ?

 

Le réchauffement provoque     

maladie famine sécheresse inondations     

tue des millions de personnes     

vous réagissez ?

 

Nous polluons la Terre notre berceau     

l’air que nous respirons     

l’eau dans notre verre que nous buvons     

vous réagissez ?

 

Pourquoi tarder      

à poser le geste      

grandiose ou modeste      

pour sauver ce qui reste ?

 

Bernard Anton (BEN)

 

Édition spéciale : Slam sur une musique tango à l’occasion du Festival du tango de Montréal qui a lieu présentement jusqu’au 13 juillet.

Read Full Post »

campJe n’en peux plus. Je n’en peux pas. Il faut que j’écrive. Il faut que je parle. Il faut que je propage ce message important à notre race. Il faut que j’exorcise ma colère et que je guérisse ma déception devant la nature que j’aime, qui m’aime. Il faut que je défende les arbres plus que nécessaires. Arbres vivants, nos frères.

C’est vrai que les algues bleues envahissent nos lacs. C’est vrai qu’elles polluent nos Laurentides, l’eau, les poissons, le sable rendu gluant et fétide. Les berges deviennent comme des bacs, des bacs à poubelles sur nos quatre chemins.

Cependant, j’en connais d’autres algues bleues, vertes, jaunes, beiges, au toit noir, qui poussent avec frénésie sur des terrains pas du tout humides. Algues aussi envahissantes, polluantes, étouffantes. Vrai fléau de la campagne. Épidémie de nos montagnes. C’est les pâtés de maisons, en rang d’oignons, presque sans jardin autour. Les promoteurs cherchent plus de pognon.

Le développement urbain, c’est aujourd’hui la pollution de nos campagnes. Déforestation avant, coupe sauvage en quelques secondes d’arbres qui ont pris cent ans à pousser et qui purifient notre monde. Les boisés reculent, les boisés disparaissent. Au milieu des prairies, des centres d’achat, des poteaux électriques et du béton comme des champignons apparaissent.

J’alerte les municipalités, les gouvernements, les MRC. J’en appelle aux législateurs. Arrêtez votre déréglé étalement. Restons comme on est. Restons comme ce l’est. Révisons nos plans de gestion de l’urbanisation. Soyons justes, intègres, respectueux de l’environnement et des êtres. Préservons le cachet de nos campagnes, des petites villes, des hameaux. Croyez-moi, à la longue, on y gagne.

Pendant que j’écris ces lignes, pendant que vous lisez ces phrases, ces algues bleues toxiques continuent leur ravage, elles poussent sur des terrains vierges et sans âge. D’autres sont en planification. D’autres sont en négociation pour très bientôt. C’est le chaos.

Nous sommes les pollueurs. Nous sommes les ravageurs. Nous sommes les destructeurs. Nous sommes les saccageurs d’une nature innocente sans voix ni tuteur. Nous produisons notre smog, nos pluies acides, notre réchauffement global. Nous empoisonnons les oiseaux, les poissons, les abeilles avec nos produits chimiques. Pesticides, insecticides, fongicides, herbicides. Panécocides. Est-ce ainsi que nous traitons notre Mère la Terre ?

La Terre étouffe. La Terre a mal. La campagne n’est plus la campagne. La campagne est de plus en plus malade. Le naturel disparaît. Il n’y a partout que traces de mains artificielles. Laissons donc tranquilles ces terres heureuses d’être à l’abandon. Soyons les gardiens de ces calmes paysages, de notre pays le fleuron.

J’entends rugir la Terre. J’entends sa voix grave et amère. Arrêtez tout de suite avant qu’il ne soit trop tard, avant qu’elle ne procède, à bout de son indulgence, à l’élimination de ceux qui la traquent.

Bernard Anton, Ph. D.
Vice-président,
Parti Vert de Prévost dans les Laurentides

Read Full Post »